Journal de chasteté

Oh, chéri, tu ne devineras jamais ce que j’ai retrouvé. Tu te souviens quand on a commencé avec cette histoire de chasteté et que je t’ai fait tenir un journal de bord ? Écoute, c’est l’une de premières notes : Mardi 3 avril 2018 : “Hier matin, Morgane a verrouillé mon pénis et m’a dit que j’y passerais toute la semaine. Six jours ! Je lui ai dit qu’il n’y avait pas moyen que je passe autant de temps dans ce truc, mais elle m’a simplement souri en me disant que je n’avais plus vraiment le choix. Je sens tout le temps ma bite gonflée dans sa petite prison. C’est seulement parce que j’ai tellement besoin de jouir et Morgane n’arrête pas de me taquiner. Elle m’a dit comme je semblais tellement aimer cette cage de chasteté, que cette semaine de congés était l’occasion d’en profiter. Je n’arrive pas à croire que tout ça l’excite autant.” N’est-ce pas drôle, bébé ? Tu pensais que six petits jours de chasteté étaient insoutenables. Aujourd’hui, tu donnerais à peu près n’importe quoi pour jouir aussi souvent, n’est-ce pas ? Suis-je cruelle de ne te laisser jouir qu’une ou deux fois par mois maintenant ? J’ai une idée. Pourquoi ne pas recommencer à écrire dans ce journal à propos de ta chasteté ? Écris à quel point il est difficile de passer des semaines sans érection et sans éjaculer. Ensuite, dans un an ou deux, nous pourrions relire tes pensées. J’ai l’impression que tu souhaiteras que les choses soient aussi faciles qu’aujourd’hui.

Article précédentRéunion familiale
Article suivantMignonnes voisines

ARTICLES AU HASARD

LÉGENDES