AccueilVivre la CMCCélébrons la journée de la chasteté masculine

Célébrons la journée de la chasteté masculine

Nous célébrerons dans un peu moins d’une semaine la journée internationale de la masculine. Vous ne le saviez peut-être pas parce que la dernière fois que j’ai vérifié, ils ne vendent toujours pas de cartes pour cette occasion et ce n’est pas (encore) un jour férié. La motivation derrière la journée internationale de chasteté masculine peut avoir été à la fois commerciale et sincère. En 2014, la boutique en ligne UberKinky, basée au Royaume-Uni, a choisi le 15 février pour célébrer la chasteté masculine (et peut-être vendre quelques dispositifs de chasteté au passage).

Alors que 2016 n’en est qu’à sa troisième année d’existence, les amateurs de chasteté (comme moi) l’ont adoptée et la communauté s’est emparée de cet évènement et a décrété le 14 janvier comme journée mondiale de la chasteté. L’idée sous-tendue par cette journée, et son positionnement dans le calendrier, sont de faire de cette période de chasteté un très long préliminaire à la Saint Valentin, le 14 février. Un à relever à la manière de Locktober.

Journée de la Chasteté Masculine : un mois de plaisir sous cage

La « chasteté masculine », c’est quoi ?

La « chasteté masculine » est typiquement définie comme le fait de verrouiller la bite d’un homme dans une sorte de dispositif pour qu’il ne puisse en tirer aucun plaisir et encore moins avoir un orgasme. Bien qu’il y ait des pratiquants qui choisissent d’utiliser uniquement la volonté et leur détermination pour maintenir leur état chaste. C’est une idée fausse que les hommes dans la chasteté ne font pas l’amour. Ce n’est pas du tout vrai. La principale raison de pratiquer la chasteté masculine est que, lorsqu’elle est bien faite, elle conduit à une intimité beaucoup plus grande entre les partenaires et, en fait, à des rapports sexuels vraiment fantastiques. Tant que votre définition du sexe n’implique pas nécessairement que l’homme pénètre son dans le corps de sa partenaire ou qu’il vienne à la fin.

Ma femme et moi utilisons la chasteté masculine dans notre mariage depuis plus de sept ans. Au cours de ces années, j’ai été verrouillé facilement plus de 75 % du temps et j’ai eu beaucoup moins d’orgasmes que mes pairs non verrouillés (en un an, j’en ai eu seulement trois). Mais, j’ai aussi eu certains de mes meilleurs rapports sexuels de toute ma vie et je suis plus proche de ma femme qu’à n’importe quel autre moment de notre relation, même en comptant la première fois que nous nous sommes rencontrés et juste après notre mariage. Certaines personnes utilisent la chasteté dans certaines situations ou dans un jeu. Pas nous. C’est une dynamique intégrée dans notre relation. Aussi fondamental maintenant que tout peut être entre deux personnes.

Un homme verrouillé dans la chasteté masculine pour la journée internationale de la chasteté
14 janvier : Journée internationale de la chasteté masculine

Savoir lâcher-prise

Ce n’est pas une affaire facile à faire. En réalité, la chasteté demande à un homme d’abandonner le plus fondamental des éléments qui définissent sa masculinité. À savoir l’accès et l’utilisation de son . Il s’arrête et réfléchit vraiment à la façon dont il peut satisfaire à sa partenaire sans qu’il ait à mettre son petit machin en elle. Je me souviens quand ma femme et moi avons commencé à avoir des relations sexuelles de cette façon et à quel point je devais penser à elle, à mes mains, à ma bouche et à tous les autres organes sexuels secondaires que j’avais à ma disposition, et à la manière dont ils pouvaient interagir avec son corps de façon nouvelle et intéressante. Mais ce faisant, je suis devenu un bien meilleur amant. Bien plus en phase avec ses désirs et son plaisir. Et, plus on me refusait longtemps mon propre orgasme ou l’accès à mon propre corps, plus ses désirs et son plaisir devenaient mon seul objectif en faisant l’amour. Son orgasme est devenu mon but ultime.

Mais je n’ai jamais eu l’impression qu’il me manquait quelque chose. En fait, l’aspect le plus fascinant de se voir refuser un orgasme est la façon dont il commence à s’autoperpétuer. À quel point les hormones du déni créent une dépendance et les effets salubres qu’elles peuvent avoir sur la relation de  ! Je me sentais plus et plus vivant quand j’ai cessé de venir régulièrement. Je me sentais beaucoup plus connecté à ma femme et plus investi dans notre couple. Autre chose, à propos de la chasteté et du déni de l’orgasme : c’est souvent l’idée du partenaire masculin, mais une fois établi, sa partenaire peut s’investir encore plus qu’il ne l’est dans la continuité.

Osez la chasteté !

J’ai longtemps pensé que la chasteté masculine n’était pas pour tous le monde et qu’elle était réservée à certains couples. Mais, j’ai échangé avec des femmes et des hommes, hétérosexuels ou homosexuels, jeunes ou plus âgés, célibataires ou en couple depuis longtemps, d’autres dans des relations toutes fraîches, certaines avec un long passé sexuel, d’autres sans aucune expérience, notamment de jeunes hommes vierges, et toutes ont trouvés des bénéfices dans la pratique. Finalement, la chasteté masculine n’est pas ce que l’on vous dit qu’elle est, elle est ce que vous en faites.

Pour conclure, de nombreux couples et d’hommes célibataires pourraient en profiter en l’essayant dès maintenant. Alors, quel meilleur jour que la journée internationale de la chasteté masculine pour ce lancer dans l’aventure ?

ARTICLES AU HASARD

LÉGENDES